Cliquez sur l'image ci-dessus pour visionner la présentation de la pièce
 
 
   
     
 
Les représentations sont données sur la scène de l'Opéra, place Broglie à Strasbourg. Le spectacle, joué en alsacien, est entièrement surtitré en français
 
 
 
 
Location à la caisse de l'Opéra National du Rhin :
du lundi au vendredi de 12h30 à 18h30
45 minutes avant le début de la représentation pour la billetterie du jour.
 
     
 
Renseignements au
 
 
06 33 260 300
 
   
 

 

 
RESERVATIONS
 
(N° indigo) 0 825 84 14 84
(0,15 €uros/min) de 10h30 à 12h30
ou 06 33 260 300
 

 

SPECIAL -12 ans
 
Toute l'année, les enfants de moins de 12 ans bénéficient du demi-tarif à la caisse du T.A.S !
Emmenez vos enfants au théâtre !
 
«De Adler und de Leeb »
 
Pièce historique de Stéphanie Schaetzlé et Elisabeth Ritter
Mise en scène : Bernard Kolb
 

Le Théâtre Alsacien Strasbourg tient à offrir à son public l’occasion de découvrir, à côté des comédies largement plébiscitées , des pièces d'un autre genre, en programmant, une fois par saison, une comédie dramatique, une intrigue policière ou une pièce historique. Cette année, le choix du TAS s’est porté sur la création d’une pièce de Stéphanie SCHAETZLE et Elisabeth RITTER : « De Adler un de Leeb ». Elle rend hommage à Léo SCHNUG, un peintre originaire de Lampertheim, au nord de Strasbourg. Il côtoyait dans le cadre du « Kunschthaafe », les artistes Henri LOUX, Charles SPINDLER, ou encore Gustave STOSKOPF, le fondateur, en 1898, du Théâtre Alsacien Strasbourg. Léo SCHNUG est célèbre notamment pour les fresques qu'il a peintes à la Maison Kammerzell et à l'ancienne pharmacie du Cerf (actuelle Boutique Culture, place de la Cathédrale). Mais son chef-d'oeuvre demeure les peintures qui ornent la salle d'apparat du Haut-Koenigsbourg, réalisées sur commande de l'empereur d'Allemagne Guillaume II après la rénovation du château en 1908. Ce génie de l'illustration, célébré de son vivant, a sombré dans l'oubli après la Première Guerre mondiale, en raison de sa proximité encombrante avec le pouvoir impérial : une bonne raison de le redécouvrir aujourd'hui !

Après sa restauration voulue par l’empereur germanique Guillaume II, le château du Haut-Koenigsbourg, en Alsace, a été inauguré en grandes pompes en 1908. Le jeune peintre alsacien Leo Schnug, originaire de Lampertheim, a été chargé de la réalisation des fresques de plusieurs salles. L’action se déroule en 1911, sur le chantier de la salle d’apparat du château. Le caractère têtu et torturé de Schnug le pousse à braver l'empereur sur un coup de tête qui pourrait lui coûter sa carrière, sa vie peut-être...

 
 
Commentaires du livre d'or. Cliquez sur les liens ci-dessous et laissez-nous votre appréciation !
 
 
Photos : copyright Marie Faggiano
             
             
 
 
Google sur ce site
RECHERCHER SUR LE SITE
 
 
© Copyright TAS - Février 2015- tous droits réservés